Back to press releases
25 April 2017

Progression importante de l’industrie des croisières sur le Saint-Laurent

Québec, le 25 avril 2017. – Les résultats d’une étude d’impact économique pancanadienne sur l’industrie des croisières, The Economic Contribution of the International Cruise Industry in Canada 2016, menée par la firme Business Research & Economic Advisors, viennent tout juste d’être révélés. La ministre du Tourisme et ministre responsable de la région de la Mauricie, Mme Julie Boulet, est fière de voir que l’industrie des croisières sur le Saint-Laurent tire très bien son épingle du jeu et qu’elle poursuit sa progression, faisant ainsi rejaillir des retombées économiques et touristiques importantes sur les villes portuaires. Cette même étude a aussi été réalisée en 2006 et 2012.

Ce bilan positif réjouit également M. Jean D’Amour, ministre délégué aux Affaires maritimes et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, et M. Tony Boemi, président de l’Association des croisières du Saint-Laurent. Ainsi, le tourisme de croisière génère au Québec des dépenses touristiques annuelles de 222 millions de dollars, alors que 3 720 emplois y sont associés.

En 2016, 28 navires de croisière internationale différents ont effectué 312 arrêts dans les 9 ports d’escale du Saint-Laurent, permettant à un peu plus de 252 000 passagers et 97 650 membres d’équipage de visiter la destination. Près de 180 000 passagers ont visité les ports de Québec et de Montréal. De ce nombre, une forte proportion était en situation d’embarquement ou de débarquement, ce qui a permis de générer des dépenses supplémentaires dans ces destinations.

Citations :

« Richesse inestimable pour le Québec, le fleuve Saint-Laurent est un symbole touristique et économique incroyable. Je suis heureuse de constater que l’industrie des croisières est un pilier majeur de l’économie du Québec, puisqu’elle génère des retombées importantes. C’est sans oublier que la présence de plus en plus marquée des croisiéristes permet d’accroître la notoriété et la visibilité du Québec à l’étranger. »

Julie Boulet, ministre du Tourisme et ministre responsable de la région de la Mauricie

« Avec ses paysages à couper le souffle, le Québec se taille résolument une place au sein de l’industrie des croisières. L’étude d’impact en est une preuve, et il y a de quoi être fier! La Stratégie maritime fait une place importante au tourisme en investissant pour moderniser les infrastructures de croisière afin de les rendre plus accueillantes et sécuritaires pour les croisiéristes qui nous visitent en provenance du monde entier. D’ailleurs, ceux-ci seront de plus en plus nombreux. En effet, au cours des prochaines années, nous observerons assurément un accroissement de l’achalandage sur le Saint-Laurent, qu’il s’agisse de transport de marchandises ou de personnes. »

Jean D’Amour, ministre délégué aux Affaires maritimes et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent

« Les résultats de cette étude démontrent que les investissements consentis par le gouvernement du Québec et les 9 ports d’escale du Saint-Laurent au cours des dernières années, ainsi que les actions de démarchage menées par l’Association des croisières du Saint-Laurent à l’international, contribuent largement à l’économie des régions du Québec. Nous travaillons sans relâche pour offrir aux croisiéristes des installations de qualité et le meilleur accueil dans l’industrie, et nos prévisions nous laissent penser que la croissance va continuer au cours des années à venir. »

Tony Boemi, président de l’Association des croisières du Saint-Laurent

Faits saillants :

  • Les passagers ont dépensé en moyenne 299,75 $ au Québec, et ce, principalement lors des escales et des séjours préembarquement ainsi que pour des nuitées additionnelles passées au Québec avant ou après la croisière. En 2012, ce chiffre était de 236,61 $.
  • Plus de 4 croisiéristes sur 10 ont embarqué à bord de leur navire de croisière dans un port situé au Québec.
  • Les croisiéristes qui ont entamé leur croisière dans un port québécois ont passé en moyenne 1,4 nuitée au Québec (ou à l’extérieur de leur résidence principale pour les Québécois) avant d’embarquer sur le navire.
  • Près de la moitié des croisiéristes (45 %) ont terminé leur croisière dans un port situé au Québec.
  • Un peu plus du tiers (37 %) des croisiéristes ont participé à au moins un forfait d’excursion durant leur visite à terre, un taux de participation qui atteint 40 % chez les passagers et 10 % chez les membres d’équipage.
  • L’accueil des résidents est l’aspect qui suscite la plus grande satisfaction auprès des croisiéristes, avec une note de 9,4/10.
  • La visite des différents ports du Québec a répondu aux attentes des croisiéristes à un niveau moyen de 8,9/10.

Lien connexe :

http://www.tourisme.gouv.qc.ca/organisation/strategies/st-laurent.html

- 30 -