Afin de pallier le manque de données récentes et précises sur l’industrie maritime au Québec, le Secrétariat aux affaires maritimes a demandé à l’Institut de la statistique du Québec de réaliser une enquête à ce sujet.

Les résultats de l’Enquête sur l’industrie du transport maritime au Québec font l’objet de deux rapports. L’un présente un sommaire des principaux résultats, l’autre rend accessibles les tableaux détaillés des simulations effectuées dans l’étude d’impact économique. Cette étude s’appuie sur le modèle intersectoriel québécois.

Faits saillants de l’enquête

  • Selon les résultats de l’enquête, l’industrie du transport maritime comptait 10 696 emplois salariés et affichait des dépenses d’exploitation brutes de 3 453 milliards de dollars en 2013-2014.
  • Le soutien au transport occupait la plus grande part des emplois, avec 6 046 salariés et salariées ou 56 % des emplois totaux, suivi du transport maritime avec 3 393 salariés et salariées (32 %) et de la construction navale avec 1 257 salariés et salariées en moyenne annuellement (12 %).
  • Les dépenses d’immobilisation se chiffraient à 901 millions de dollars en 2013-2014. Au cours des cinq prochaines années, l’industrie maritime prévoit investir quelque 4 milliards de dollars, dont 3,3 milliards en provenance des sites portuaires.
  • Totalisant 2,9 milliards de dollars, les dépenses d’exploitation nettes liées aux activités de l’industrie maritime1 soutenaient 16 409 emplois directs et indirects (années-personnes) et retournaient annuellement des recettes fiscales et parafiscales de 155,3 millions de dollars et de 147,3 millions de dollars respectivement au Gouvernement du Québec. Pour leur part, les dépenses d’immobilisation généraient 20,5 millions de dollars en revenus fiscaux et quelque 34,9 millions de dollars en parafiscalité pour le Gouvernement du Québec.

1 Les dépenses nettes excluent les dépenses effectuées par une entreprise de l’industrie maritime auprès d’une entreprise du même secteur.

Pour en savoir plus, consultez l’enquête.